18juin 12
19h10
CHRONIQUES | Par Julien | @julienbobbyg |

Critique album : Cheryl (Cole) - A Million Lights : crise identitaire ou bon album pop ?

Les 2 dernières années n’ont pas été de tout repos pour Cheryl Cole. Après le flop de son dernier disque (comment il s’appelle déjà ?) et son éviction du X Factor US, Cheryl a fait le ménage… dans sa vie.
A commencer par son nom de scène. Exit le "Cole" qui lui Cole-ait à la peau mais lui avait aussi apporté la gloire (et sans doute un tas de MST et un statut public de femme cocue), et bonjour la dance !

Si sa meilleure ennemie Nadine Coyle commençait à jubiler (sa magie noire a apparemment fonctionné sur elle et Nicola Roberts), Cheryl a décidé de se servir de ses malheurs pour en faire un album, A Million Lights, avant de revenir prochainement avec ses Girls Alou(r)d(es). C’est qu’en plus, elle n’est pas si bête.

Première surprise il y a quelques semaines, à l’écoute de Call My Name, tube dancefloor (ou bombe dévastatrice, au choix) signé Calvin Harris, qui n’a pas fini de nous faire danser cet été et qui re-propulse la demoiselle au sommet des charts. Mais attention (Cheryl, mieux qu’un Kinder Surprise), l’album A Million Lights n’est pas si dance que ça.

Bipolaire (mais que sur disque, elle), Cheryl est allée piocher un peu partout pour concocter son 3ème album patchwork. Il s’ouvre étonnamment sur l’hymne estival Under The Sun, sorte de rencontre du 3ème type entre Stars Are Blind de Paris Hilton et les S Club 7 (court break 90’s). Ensoleillé, pop, mais doux, le morceau produit par Alex Da Kid aurait déjà été choisi comme 2ème single. CALMONS-NOUS, CHERYL !

Car il va désormais falloir faire les bons choix pour continuer sur la voie du succès. Et il y a clairement de quoi faire. D’autant qu’ensuite c’est la fête du dubstep. Cheryl a apparemment découvert ce gadget musical, en même temps que les extensions de cheveux, et depuis elle ne les quitte plus.

La preuve avec l’envoûtant Craziest Things, excellent duo avec Will.I.Am, qui, même s’il n’est pas up-tempo, possède un background club. Fiévreux, une seule écoute suffit pour être infecté par son beat sautillant.
Autre tube potentiel, Screw You commence comme une complainte larmoyante puis balance une rafale electro-hip-pop déstructurée et ravageuse avec une touche ghetto supplémentaire grâce au passage rap de Wretch 32. Ouais, grosse !

Véritable coup de cœur, Last One Standing n’est pas en reste, poussé par son refrain ravageur qui emporte tout sur son passage. Frénétique ! Mais Sexy Den A Mutha reste, de loin, LE plus gros hit (et le point culminant) de cet album. Mélange d’urbain et de dance à la Where Have You Been de Rihanna, le titre annonce la couleur dès les premières notes pour mieux exploser sur le refrain. Une nouvelle facette pour Cheryl.

D’ailleurs on retrouve beaucoup d’influences Rihannesques sur ce disque (la ballade aérienne Mechanics of the Heart notamment, écrite par Taio Cruz). Certains regretteront au passage le manque flagrant de personnalité général (et nous sommes d’accord sur ce point), mais Cheryl a visiblement voulu installer de nouvelles bases, tout recommencer à zéro et proposer un album sûr, dans l’ère du temps.

Dans l'esprit, Girl In The Mirror et Love Killer assurent le show, avec leurs mélodies mid-tempo club aux accents R&B. D’un autre côté, Cheryl ose le mimétisme et emprunte à Lana Del Rey plus qu'un morceau, son phrasé et ses intonations de voix aussi. Déroutant, mais le morceau est excellent.

Omniprésente, la Cheryl trompée soigne aussi ses blessures et agresse la gent masculine sur des morceaux fierce, notamment le bien nommé Boys Lie, règlement de compte revanchard, et One Thousand, dont le refrain répétitif et tribal, se décharge sur nous comme une arme qui se vide de ses munitions. Bang bang !

Cheryl n’oublie pas de nous assommer avec quelques ballades, et on ne retiendra d'ailleurs que celle qui donne son nom à l’album, A Million Lights, et qui rappelle Fly de Nicki Minaj et Rihanna par sa production apocalyptique, agréable par la douceur infinie de la voix de Cheryl. Peu accrocheuse pour autant, la maison de disques devrait se faire un plaisir d’en faire un single. Ce sera toujours mieux que The Flood, lui aussi contaminé par la malaria en son temps.

Alors oui (on vous voit venir) ça manque d’âme, Cheryl jette définitivement son charme anglais et n’a pas encore trouvé son orientation musicale, mais A Million Lights fait le job, contient son lot de tubes radio, de mid-tempos accrocheurs, et devrait nous faire danser jusqu'à la fin de l'année. Et c’est à peu près tout ce qu’on lui demandait. Ou presque. On t’aime Cheryl chérie.

Les derniers articles sur Critiques d'albums

Recherche
Flash infos
1 | 2 | 3 | 4
+ de brèves
DERNIERS ARTICLES
1 | 2 | 3 | 4
+ d'articles
nicole-scherzinger-poison-003nicole-scherzinger-poison-002nicole-scherzinger-poison-001britney-spears-femme-fatale-06glee-promo-season-2-005005-katy-perry-teenage-dream-promonicole-scherzinger-poison-002glee-promo-season-2-000
90210, Adele, Alizée, Avril Lavigne, Beyoncé, Black Eyed Peas, Britney Spears, Cheryl Cole, Christina Aguilera, Desperate Housewives, Diana Vickers, Girls Aloud, Glee, Gossip Girl, Heidi Montag, Hilary Duff, Jennifer Lopez, Jessie J, Justin Bieber, Katy Perry, Kelly Clarkson, Kelly Rowland, Kesha, Kylie Minogue, Lady GaGa, Leona Lewis, Lily Allen, Lindsay Lohan, Madonna, Mariah Carey, Marina And The Diamonds, Miley Cyrus, Mylène Farmer, Nadine Coyle, Nichole337, Nicki Minaj, Nicola Roberts, Nicole Scherzinger, P!nk, Pop Heart, Rihanna, Shakira, Shy'm, Spice Girls, Sugababes, Taylor Swift, The Saturdays, TV, Zac Efron