03mai 12
11h03
CHRONIQUES | Par Julien | @julienbobbyg |

Critique album : Marina and the Diamonds s'est-elle perdue dans son concept "Electra Heart" ?

On ne va pas vous mentir, oui un peu. Si il n’a heureusement pas que des défauts, ce second album de Marina and the Diamonds se révèle simplement plus générique que le précédent. Le manque d’originalité, voilà le véritable souci d’Electra Heart. Mais apparemment c’était le concept. WTF ?

Avec surprise, The Family Jewels avait fait tourner la tête de tous les amoureux de bonne pop en 2010, avec une pléiade de mélodies décalées (Oh No !, I Am Not a Robot, Obsessions…), appuyées par la voix fantasmagorique de Marina. Et si le (très bon) single Hollywood balançait déjà sur l'American Dream, l’atmosphère du disque lorgnait vers les contes de fées et soufflait un véritable vent de fraîcheur sur un genre qui a pourtant tout vu.

La seule peur qui hantait donc l'artiste -ainsi que tous ses fans- était qu’après ce 1er essai pointu et excellent de bout en bout, la belle ne se laisse happer par les sirènes des productions US.
Pour l'electrop-pop Electra Heart, Marina and the Diamonds -devenue blonde, le symbole de l’Amérique bimbo- devance les critiques et annonce un concept autour des illusions du rêve américain et la corruption de soi-même pour réussir, comme pour conjurer le sort. Elle s’invente alors le personnage d’Electra et c’est donc son album que l’on écoute. Vous suivez ?
Ce genre d’idées s’est toujours révélé casse-gueule dans le passé (Sasha Fierce pour Beyonce, Lola pour JLo…), et Marina n’y échappe pas vraiment.

Ouf, pas de RedOne dans les crédits mais on retrouve Diplo, Dr Luke ou encore Stargate, responsable du très dance Radioactive, absent de la tracklist finale mais présent sur la version Deluxe, aux côtés de quelques bonus efficaces.

En soi, l’album est bon, très bon. Mais ce n’est tout simplement pas du Marina and the Diamonds. On pense d’ailleurs souvent à Katy Perry. Si parfois on retrouve un soupçon des ambiances de son 1er essai et son ton dark, dans Teen Idle par exemple, généralement Electra Heart en est loin.

Bien que Bubblegum Bitch soit irritante (mais c’est sans doute le but), toutes les pistes ont ce quelque chose (la voix hors norme et la plume de Marina ?) qui nous emporte.
Le single Primadonna brille, tandis qu’Homewrecker et Living Dead ont également des allures de gros tubes potentiels. Le reste est plus doux, mais pas pour autant sans relief.
Belles surprises du côté de Lies, Power & Control (prochain single bien choisi), Hypocrates (très Teenage Dream) ou encore The State of Dreaming (sublime piste aérienne), les pistes clés du disque avec Starring Role.

Au final, on ne peut pas vraiment en vouloir à Marina et ses diamants d’avoir tenter quelque chose de nouveau mais l’artiste ne peut pas non plus nous en vouloir d’être un peu déçus/perdus par le concept, et donc logiquement par le manque d’audace d’Electra Heart.
Même si on écoute avec plaisir le répertoire d’Electra, on souhaite volontiers réécouter du pur Marina and the Diamonds très vite. Genre, maintenant ?

Ecoutez Electra Heart en intégralité :

Les derniers articles sur Critiques d'albums

Recherche
Flash infos
1 | 2 | 3 | 4
+ de brèves
DERNIERS ARTICLES
1 | 2 | 3 | 4
+ d'articles
nicole-scherzinger-poison-003nicole-scherzinger-poison-002nicole-scherzinger-poison-001britney-spears-femme-fatale-06glee-promo-season-2-010desperate-housewives-season-7-promo-015006-katy-perry-teenage-dream-promodesperate-housewives-season-7-promo-001
90210, Adele, Alizée, Avril Lavigne, Beyoncé, Black Eyed Peas, Britney Spears, Cheryl Cole, Christina Aguilera, Desperate Housewives, Diana Vickers, Girls Aloud, Glee, Gossip Girl, Heidi Montag, Hilary Duff, Jennifer Lopez, Jessie J, Justin Bieber, Katy Perry, Kelly Clarkson, Kelly Rowland, Kesha, Kylie Minogue, Lady GaGa, Leona Lewis, Lily Allen, Lindsay Lohan, Madonna, Mariah Carey, Marina And The Diamonds, Miley Cyrus, Mylène Farmer, Nadine Coyle, Nichole337, Nicki Minaj, Nicola Roberts, Nicole Scherzinger, P!nk, Pop Heart, Rihanna, Shakira, Shy'm, Spice Girls, Sugababes, Taylor Swift, The Saturdays, TV, Zac Efron