23mai 12
10h21
CHRONIQUES | Par Julien | @julienbobbyg |

Critique concert : Christophe Willem assure à l'Olympia pour sa 1ère "Willem Sessions"

Six ans après ses débuts fracassants sur la scène du Pavillon Baltard, Christophe Willem a pris son envol et donné le coup d’envoi de sa 3ème tournée baptisée "Willem Sessions" à l’Olympia hier soir, devant un public mixte (comprenez mi-femmes mi-gays). Un show survolté, parsemé de clins d’œils revival, d’un artiste bien dans ses baskets.

Après une intro (un peu longue), où seule une poignée de rayons lumineux violets éclairent la salle pleine à craquer, Christophe Willem fait son entrée en toute simplicité devant une foule déjà acquise et entame les premiers mots de Je Rejoins La Scène. Logique. Commence alors une première partie composée essentiellement de mid-tempos de son dernier (et très bon) album Prismophonic. L’Amour Me Gagne puis Le Temps Qu’il Reste retentissent. L’ambiance se veut nocturne, langoureuse. Sensuelle aussi.

Extrêmement à l’aise avec son corps, sa voix et son public, Willem salue l'assemblée et enchaîne même les blagues. Une battle sonore entre la mezzanine et la fosse fait monter la température (dans tous les sens du terme). Résonne alors l’énorme Ennemis in L.O.V.E., aussi bon en live que sur CD, puis Automatik dans une version paradoxalement musclée. L'éclairage est soigné, la direction musicale aussi. Rien à redire.

Mais l’un des moments forts de la soirée arrive : la visite surprise de Zaho (qui a écrit et composé une bonne partie de l’album) pour un duo explosif sur Indélébile. L’alchimie entre les deux artistes fait plaisir à voir et encore plus à entendre. (On attend d’ailleurs les nouvelles compositions de la demoiselle ASAP). Une touche pop’n’b qui va décidément bien à Christophe Willem. Une orientation à suivre pour le prochain disque ? On dit ça, on dit rien...

Avant l’entracte (oui...) de 20 minutes (ahem), l’artiste nous propose Entre Nous et le Sol (son adaptation française de State of Grace de Britney Spears) puis Sensitized (on se calme, Kylie Minogue n’a pas fait le déplacement). Était-ce vraiment nécessaire ? Pas sûr.

Heureusement la seconde partie du concert va combler toutes nos attentes. La passable Bombe Anatomique est revisitée avec un clin d’œil à They Don't Care About Us de Michael Jackson en fin de morceau. Bien pensé. Berlin fait ensuite trembler l’Olympia, qui se transforme alors en gigantesque dancefloor.

Petite pause avec deux titres piano-voix : Jacques A Dit (le texte de Zazie se suffit à lui-même) et une reprise bouleversante de I Wanna Dance With Somebody de Whitney Houston (frissons), où Willem nous donne l’impression de redevenir Tortue et de passer une audition devant son public, hésitant, derrière son tabouret, avec le texte sous les yeux. Le flashback Nouvelle Star est touchant.

Mais l’ambiance dancefloor reprend de plus belle avec Heartbox (après une intro 90’s au son des Men In Black), puis une version shiny d’Holiday de Madonna (Christophe connaît bien son public !). Mais c’est vraiment le tube Cool qui atteint les sommets. Le public se déchaîne. L'artiste aussi, avant de proposer La Demande, dans une bien meilleure version que sur l’album Caféïne. Double Je (version éléctro) confirme son statut de tube populaire tandis que l’imparable Starlite vient clore en beauté le show effréné.

Après avoir remercié son public, Christophe finit sa "Willem Sessions" tout en douceur (trop ?) sur un rappel uniquement composé de ballades avec Jamais Dû et Si Mes Larmes Tombent, durant laquelle il se promènera dans la fosse puis au balcon. La plus fade Falling vient mettre un terme à plus de 2 heures de concert (oops, pas de Pas Si Loin ou Kiss The Bride dans la setlist).

La salle est debout. Les gens ont dansé, chanté, fait du bruit (nous aussi, on l’avoue). Et c’est mérité. Christophe Willem, enfin un artiste heureux d’être là, plus décomplexé que jamais, visiblement épanoui, drôle, touchant et talentueux, en symbiose avec son répertoire et qui semble sincèrement lié à son public (la combinaison est rare). Et cette voix... Que dire ? Bravo.

Les derniers articles sur Chroniques

Recherche
Flash infos
1 | 2 | 3 | 4
+ de brèves
DERNIERS ARTICLES
1 | 2 | 3 | 4
+ d'articles
nicole-scherzinger-poison-003nicole-scherzinger-poison-002nicole-scherzinger-poison-001britney-spears-femme-fatale-06britney-spears-frappuccino-081014016-gabrielle001-groupezac-efron-ben-watts-007
90210, Adele, Alizée, Avril Lavigne, Beyoncé, Black Eyed Peas, Britney Spears, Cheryl Cole, Christina Aguilera, Desperate Housewives, Diana Vickers, Girls Aloud, Glee, Gossip Girl, Heidi Montag, Hilary Duff, Jennifer Lopez, Jessie J, Justin Bieber, Katy Perry, Kelly Clarkson, Kelly Rowland, Kesha, Kylie Minogue, Lady GaGa, Leona Lewis, Lily Allen, Lindsay Lohan, Madonna, Mariah Carey, Marina And The Diamonds, Miley Cyrus, Mylène Farmer, Nadine Coyle, Nichole337, Nicki Minaj, Nicola Roberts, Nicole Scherzinger, P!nk, Pop Heart, Rihanna, Shakira, Shy'm, Spice Girls, Sugababes, Taylor Swift, The Saturdays, TV, Zac Efron